Le gouvernement lutte contre le travail illégal dans la sécurité privée

Dans le mouvement de lutte contre le travail illégal, mené par le gouvernement et représenté notamment par la Ministre Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue sociale, il y eut signature d’une convention régionale de lutte contre le travail illégal dans la sécurité privée en Ile-de-France, par ladite Ministre.

Cette signature a eu lieu le 21 septembre 2015 au sein de l’entreprise « Answer Sécurité » (http://www.answersecurite.com/). Depuis sa création en 2004, cette entreprise a connu une grande évolution dont le moteur principal est la confiance et la fidélité que leur témoignent leurs clients.

Qu’est-ce que le travail illégal dans la sécurité privée ?

Ce secteur est le plus touché par la concurrence déloyale en raison des pratiques de travail illégal. En France, le taux de fraude détecté dans le secteur de la sécurité privée est de 29% dans les entreprises. On peut même dire que cela concerne surtout les jeunes entreprises, car plus l’entreprise est jeune, plus le risque de fraude est élevé.

Ce constat est appuyé par des statistiques, selon lesquels les entreprises de deux à cinq ans constituent 41% du taux total des fraudes enregistrées.

Ainsi, l’intérêt de lutter, en priorité, contre le travail illégal dans la sécurité privée en France, s’explique par l’importance du secteur dans l’organisation de grands événements tels que l’Euro 2016 et qui sont souvent des événements à risques. De plus, cette lutte permet de fixer la main d’œuvre et de qualifier cette dernière, afin d’améliorer les conditions de travail de manière générale.

Les actions du gouvernement dans cette lutte

La lutte contre le travail illégal ne date pas d’hier, il s’agit d’une priorité pour le Gouvernement depuis quatre ans.

Depuis 2012, ont été effectués différents progrès à travers la mise en place du plan national de lutte contre le travail illégal ou encore par la création d’une nouvelle organisation de l’inspection du travail.

Selon la Ministre du Travail, la Convention est « la marque d’une prise de conscience collective, celle de l’impérieuse nécessité de lutter pied à pied contre le travail illégal ».

Les éléments importants de la convention sont d’apporter une meilleure coordination des contrôles, ainsi que la mise en place d’un dispositif de veille et de signalement et les actions préventives.